Europaschule 
Frz. Partnerschulen - Austausch
Europa-Seite (Überblick)  Pays-de-la-Loire - Giberville
Thomas-Mann-Schule: Französische Webseite Französischprojekte
Nous en Europe - Europaschule DELF/DALF
Prix des lycéens allemands

Fachbereich Französisch 

Prix des Lycéens allemands 2006

Rencontre avec  Anne-Laure Bondoux
le 9 décembre 2005 à Lübeck

Le vendredi 9 décembre 2005, notre cours de français a écouté une lecture réalisée par Anne-Laure Bondoux au lycée Carl-Jacob-Burckhardt à Lübeck. Elle est l’une des auteurs ayant remis 5 livres dans le cadre du Prix des Lycéens allemands, auquel notre cours participe.



Domiciliée dans la région parisienne, la jeune écrivaine de 34 ans nous a d’abord raconté quelques détails de sa vie. A l’âge de 10 ans, elle a commencé à écrire pour sa petite sœur. Quand elle avait 18 ans, ses premières histoires ont été éditées. Son premier livre suit 10 ans plus tard. Lors de cette rencontre, Anne-Laure Bondoux nous a présenté son 4ème livre « La vie comme elle vient ». En France, de telles rencontres sont monnaie courante, et on a pu en constater les effets bénéfiques, c'est-à-dire qu’on fait la connaissance personnelle de l’auteur et qu’on peut voir les liens entre la biographie de l’auteur et son œuvre.

Le roman « La vie comme elle vient » traite de deux sœurs de 20 et 15 ans. Après que leurs parents avaient été victimes d’un accident mortel, Mado est laissée à la garde de sa sœur Patty.
Patty  tombe enceinte et donc les deux ont peur que l’office de protection de la jeunesse la prive de la garde. Dans la maison de vacances en Ardèche, Mado se glisse dans le rôle d’une sage-femme et accouche sa soeur. Bien que Mado soit plus jeune que sa sœur, c’est elle qui s’occupe du bébé et assume la responsabilité, tandis que Patty s’enfuit de la maison de vacances. Comme Patty, Anne-Laure Bondoux était aussi moins mûre que sa jeune sœur et est tombée enceinte très tôt pendant ses études de littérature française.

En plus, l’auditoire a toujours eu la possibilité de poser des questions à l’écrivaine, par exemple sur ses habitudes de lecture. Mme Bondoux a répondu qu’elle lisait toutes sortes de livres et toujours lentement, au maximum quatre livres par an.
A la question de savoir comment elle écrivait ses livres, elle a répondu qu’elle réfléchissait longtemps avant de commencer à écrire. Cependant, la plupart du temps n’est pas consacrée à l’action, mais aux personnages.

D’ailleurs, d’autres élèves lui ont demandé si elle préférait des personnages féminins. Alors, Anne-Laure Bondoux nous a raconté qu’elle avait toujours inconsciemment choisi des personnages masculins avant d’avoir écrit « La vie comme elle vient » et qu’ainsi, elle voulait faire un signe. Sa préférence pour des personnages masculins s’explique par le fait qu’elle voulait toujours être un garçon quand elle était une petite fille et qu’elle a démontré son souhait par un comportement très dominant.

Pour Mme Bondoux, c’était aussi important de connaître notre opinion sur la couverture du livre et sur quelques scènes. Par exemple, nous avons discuté si ce serait réaliste que Mado accouche sa sœur toute seule. En outre, Mme Bondoux nous a raconté qu’elle – secrètement -  n’aimait pas non plus la couverture, qui a été choisie par l’éditeur . Elle nous a dit que cette couverture faisait apparaître le livre  comme un livre de grand-mère.

« Combien d’argent est-ce que vous gagnez ? » était une autre question de quelqu’un dans le public. Même à cette question plus ou moins inhabituelle, Anne-Laure Bondoux a répondu d’une façon très légère et ouverte.
En général, elle était très patiente avec tous les élèves et nous a même invités à parler allemand si nous manquions d’une certaine expression française, car elle avait appris un peu d’allemand au lycée.


Anne-Laure Bondoux en dédicace à Lübeck le 9 décembre pour la rencontre avec les lycéens (ici: du lycée Thomas-Mann)

Pour conclure, cette écrivaine s’est présentée d’une façon très humaine, elle n’était ni superficielle ni trop guindée. Après la lecture, tout le monde pouvait monter sur l’estrade pour poser des questions ou prier Mme Bondoux de signer quelques livres. Alors, ça vaut la peine d’assister à une lecture, et surtout à une lecture tenue par une auteur de littérature de jeunesse.

Mathias Alt
20.12.2005

 
Thomas-Mann-Schule  - Thomas-Mann-Str. 14 - 23564 Lübeck - Tel. 0451/1228614  - Fax. 0451/1228621
Impressum