Europaschule - Fachbereich Französisch
Frz. Partnerschulen - Austausch
Europa-Seite (Überblick)  Pays-de-la-Loire
TMS: Französische Webseite Senegalprojekt
Nous en Europe - Europaschule Austausch mit Evreux
DELF/DALF Prix des Lycéens allemands 2006
 
  Jury du Prix des Lycéens Allemands à Kiel
  par Bastien Hüe, assistant de français au Lycée Thomas-Mann

    Ce mardi 20 février 2007, nous nous sommes rendus à Kiel pour la délibération du jury du Prix des Lycéens allemands. Il s'agissait d'un jury composé de quatorze élèves, qui ont longuement débattu pour décider du meilleur livre en compétition. Finalement,  le premier livre retenu est Maestro, de Xavier-Laurent Petit, et le second, Felicidad, de Jean Molla.



Les membres du jury venant de 14 lycées du Schleswig-Holstein




    Bien que les personnes extérieures au jury n'aient pas pu prendre la parole, j'ai suivi le débat avec beaucoup d'intérêt. Catherine Rönnau, du Centre Culturel Français de Kiel, a joué le rôle de modérateur, et a donc instauré les règles pour le débat. L'étape qui aura été sans doute la plus intéressante, c'est lorsqu'elle a encouragé un débat un peu plus vif. Ce qui était très impressionnant, c'était de voir des jeunes polémiquer dans une langue qui n'était pas la leur. L'espace d'un instant, je ne pensais plus au fait que c'était des Allemands qui débattaient. Je m'intéressais simplement à leur propos. Les propos en question étaient assez intelligents, plutôt bien vus. Et je constate aussi que le débat était vraiment un débat, et non un dialogue de sourds, j'ai vu les opinions des élèves impliqués évoluer. Comme d'habitude, cela se partageait entre deux tendances : d'une part ceux qui parlaient beaucoup et s'enflammaient facilement, d'autre part, ceux qui parlaient moins et plaçaient une phrase bien sentie sur laquelle personne ne trouvait à redire. Mathias, qui représentait la Thomas-Mann-Schule, n'était pas le plus bavard, mais a tenu des propos intelligents. L'avantage qu'il a eu sur les autres, c'est d'avoir su faire vraiment de l'analyse, et rester assez détaché de son opinion personnelle, et surtout de s'attarder sur l'oeuvre.



Les supporters du Lycée Thomas-Mann

M. Laurent Capus (Institut français de Hamburg) - Mme Catherine Rönnau (Centre Culturel Français de Kiel) et Mathias Alt, le représentant du Lycée Thomas-Mann

    C'est peut-être par ailleurs le point faible de ce jury. Les critères de sélection changent d'une personne à une autre. Pour les uns, le plus important va être l'aspect contextuel du livre, la relation qu'on peut faire entre ce livre et le monde actuel. Pour d'autres, ce sera un critère plus personnel, l'identification : un lycéen doit se reconnaître dans un livre nominé pour le Prix des Lycéens. D'autres encore vont parler de l'importance qu'il y a à ce que le livre ait ce caractère typiquement français. Enfin, bien sûr, la qualité des oeuvres elles-mêmes, indépendamment du fait qu'il s'agisse du Prix des Lycéens était aussi un élément essentiel, et pourtant, à côté des autres aspects de chaque roman, celui-ci paraissait presque anecdotique. Il s'agit de la question du style et de l'histoire racontée. Ce que je constate, c'est que c'est sans doute le point essentiel, celui qui fait la différence entre un livre qu'on aime et un livre qu'on n'aime pas, et pourtant, ce n'est pas celui que les élèves ont le plus mis en avant. Peut-être parce que l'intérêt d'une histoire dépend de la sensibilité de chacun.

    Pour ce qui est du livre retenu, je pense que le choix de Maestro  est assez judicieux. Je n'ai pas lu tous les livres en compétition, mais j'ai écouté les propos tenus par chacun, et je pense, par conséquent, que ce choix est bien justifié. J'ai le souvenir qu'un des membres du jury considérait que ce livre ne pouvait pas vraiment remporter le Prix des Lycéens, n'évoquant pas la France, mais l'Amérique du Sud. Mais le caractère fondamentalement français de l'oeuvre est ailleurs. Ici, on peut réfléchir sur la position de la France par rapport au tiers-monde. Justement, je pense que Xavier-Laurent Petit, avec Maestro, incarne une France ouverte sur le monde, et le plus important, c'est que dans son livre, si on a un portrait assez réaliste d'une dictature en Amérique du Sud, on ne sombre pas non-plus dans le misérabilisme. On parle d'êtres humains avant de parler de grandes causes. On s'identifie vraiment à ce gamin des rues, comme il y en a des millions en Amérique Latine. Le sentiment qu'on a avec lui, ce n'est pas de la pitié, c'est de la sympathie.


Passons au vote!


    Enfin, pour ce qui est du choix de l'élève qui représentera le Schleswig-Holstein, je ne suis que partiellement surpris. Je me souviens d'avoir vu une élève qui parlait un français presque parfait, sans accent, et j'ai été surpris, sur le coup, qu'elle ne soit pas choisie. Mais c'est de mon point de vue de Français que j'ai été surpris. Le fait est aussi que ce sont des Allemands qui vont parler avec d'autres Allemands, et que s'il faut avoir un bon niveau en Français, il faut aussi pouvoir parler lentement et articuler. Au final, en tant que Français, je comprends plus facilement le Français quand c'est un Allemand qui le parle. Pour cette raison, je pense que les élèves ont bien choisi, mais un Français aurait probablement choisi quelqu'un d'autre.

    Donc, en guise de conclusion, je trouve qu'exporter en Allemagne cette institution française qu'est le Prix des Lycéens est une expérience intéressante, puisqu'elle permet de confronter nos deux cultures. Un Français n'aurait pas appréhendé les choses de la même façon. En fait, on pourrait parler d'un plus, je pense notamment au souci de ces élèves de relever le caractère typiquement français de l'oeuvre, ce qui n'est pas la première préoccupation des Français. C'est une occasion pour nos voisins allemands de développer leur regard sur la France, un regard peut-être partiel, mais éloigné des clichés.

Bastien Hüe
13/03/2007

 
Photos: ©  Susan Wessin
 
 


Link: http://www.institut-francais.fr

Leipziger Buchmesse - Preisverleihung am 23.03.2007

Günter Grass, Schneesturm und Maestro - Bericht von der Leipziger Buchmesse 23.03.2007
 





 
Thomas-Mann-Schule  - Thomas-Mann-Str. 14 - 23564 Lübeck - Tel. 0451/1228614  - Fax. 0451/1228621  Impressum